Discours prononcé dans le temple de la rue Ste-Avoye, le dimanche 25 décembre 1808